18 mai 2019 6 18 /05 /mai /2019 06:30
Les anniversaires, c'est quand ça me chante...

D'après Jean-Léon Gérôme, Phryné devant l'aréopage (1861).

Nous sommes le 18 mai, j'aurais pu célébrer l'anniversaire de Bernadette Chirac, mais non...

Je préfère commémorer la réception de notre bonne Marguerite Y. à l'Académie française.

Eh oui, c'est comme ça, indomptable je suis !

 

Voilà que, du coup, Jean d'O pensait avoir enfin saisi son quart d'heure de gloire, mais non...

Une fois de plus coiffé à l'applaudimètre, le Jean d'O.

 

Johnny Hallyday - L'idole des jeunes :

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Pour compléter plusieurs commentaires :

 

[...]

MOI : Qu'ai-je donc fait à l'Académie, cher et illustre maître ? Vous avez raison : pas grand-chose, en vérité. Sauf une révolution. En 1981, j'y ai fait entrer , contre vents et marées, la première femme de sa longue histoire. Disons, une fois de plus, les choses comme elles sont : à tort ou à raison, mes estimables confrères ne voulaient une femme à aucun prix. L'Académie est une tribu. La tribu avait ses rites. Aucun règlement n'interdisait l'accès des femmes au sein de la vieille institution. Mais il y avait plus fort que le règlement. C'était la tradition. […]

Je n'ai pas agi par féminisme, maître de vérité. Ni par complaisance. Je ne connaissais pas Marguerite Yourcenar. Je ne l'avais jamais rencontrée. J'admirais tout simplement l'auteur de L’Œuvre au noir et des Mémoires d'Hadrien. Avec une naïveté d'enfant, je ne voyais aucune raison de ne pas la prendre parmi nous.

Rien ne m'irrite davantage que la bienveillance des bonnes âmes qui me félicitent d'avoir contribué à l'élection d'une femme à l'Académie française. Je n'ai contribué à rien du tout. J'ai imposé Marguerite Yourcenar à une Compagnie attachée depuis toujours à ses particularités et qui répugnait au changement.

La bataille fut très rude. […]

À ces arguments assez bas, je répondais, par des arguments plus bas encore :

Vous ne voulez pas de femme ? Je vous en propose une qui cumule tous les avantages. Non seulement elle a un talent qui n'est pas loin du génie – ce n'est rien, ce n'est rien du tout - mais encore elle ne vous encombrera pas beaucoup : elle habite l'Amérique, elle ne sera jamais là.

Et, pour faire bonne mesure, j'ajoutais une flèche du Parthe, largement empoisonnée, que je devais à un autre écrivain que j'admirais beaucoup et qui ne portait pas Yourcenar dans son cœur, l'auteur de Belle du Seigneur, Albert Cohen :

Je vois bien ce que vous craignez chez une femme : sa beauté, sa grâce, son charme, toujours capables du pire. Avec Yourcenar, tout risque est écarté.

Marguerite Yourcenar fut élue contre les convictions et les vœux d'une large majorité parce qu'il était impossible de se déclarer ouvertement contre elle. [...]

 

Jean d'Ormesson, Je dirai malgré tout que cette vie fut belle.

Disponible dans la collection Folio de Gallimard, 489 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Bonjour Géhèm !<br /> <br /> Ce n’est pas un effeuillage trop rapide pour une Marguerite ?<br /> Tu ne perdrais pas un peu les pétales ?<br /> Mais il est vrai que cela avait fait du bruit !<br /> <br /> Et pis c'est tout !<br /> <br /> Bonne journée et bonne semaine !<br /> <br /> Rotpier<br /> <br /> https://rotpier27.wordpress.com/
Répondre
G
Tu as raison de m'alerter, maintenant que je suis entré dans l'âge où l'on fait sécher les pétales entre les pages de ses Mémoires. ;o)
G
un régal la compil Gérôme ))<br /> tu es dispo une heure ou deux mardi p.m ?
Répondre
G
Phone-moi demain en début de soirée.
J
Eh bien tu vois, heureusement qu'elle n'a pas de chapeau, je l'aurais prise pour Geneviève de Fontenay. ^^
Répondre
G
Fais-toi plaisir, essaie quand même d'en sauter une à la poêle - ou, si tu le préfères, de la passer à la casserole. ;o)
J
Les belles de Fontenay sont déjà des phénomènes de foire. ^^
G
Un jour viendra peut-être où tu confondras une pomme de terre avec un phénomène de foire. ;o))
C
"ils sont quarante et ils ont de l'esprit comme quatre"<br /> j'en ai compté à peine une trentaine, ça n'arrange rien :-)
Répondre
G
Cela ne change rien. Brassens le disait : Sitôt qu'on est plus de quatre on est une bande de cons. ;o)
N
la même bande de machos indécrottables siècle après siècle ;)<br /> biz
Répondre
G
@ Photonanie<br /> Il était sans doute meilleur dans la conversation et sous les lumières des médias, où il pouvait se montrer étincelant, mais j'ai apprécié plus d'un de ses livres.
G
@ Nadia<br /> S'agissant de l'Académie, on pourrait aussi bien (ou aussi difficilement) s'en passer que de l'Ordre de la Légion d'honneur. Il ne s'agirait que de décider par quels hochets les remplacer, car il semblerait que les hochets soient indispensables aux hommes.
P
Merci pour les propos de Jean d'O à qui je trouvais un certain charme et dont j'aimais la manière d'écrire. N'en déplaise à certains...
N
une révolution dans un verre d'eau! je ne suis pas sûre que l'académie ait tellement d'importance<br /> vaniteux et charmant comme un d'ormesson ;)
G
On pourrait en parler à l'infini. Autant laisser la parole à d'Ormesson en citant quelques-uns de ses propos relevés dans "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle"... Je prendrai le temps de les retranscrire en fin d'article pour le profit de tous.<br /> Bises
M
Quelle est la marque de sa crème dépilatoire?
Répondre
G
C'est bien connu, Marguerite Yourcenar se rasait au coupe-chou. ;o))
T
Mercix ! ..pour Marguerite Y, elle dans mon Panthéon littéraire (!)<br /> aussi son arrivée Académique le jour de mon anniversaire (héhé) <br /> (je l'ignorais; plus tard la 30aine)<br /> <br /> Ou merci à Jean d'O (pourquoi lui en vouloir d'être né châtelain, telle madame de Staël*, prolos négligents, si jamais je publie ni ne joue au loto) ..d'inviter cette gauchiste écolo homosexuelle, amoureuse de Fraigneau, homo de droite. <br /> Elle écrit ce poème à son décès :<br /> <br /> "Vous ne saurez jamais que votre âme voyage, <br /> comme au fond de mon cœur, un doux cœur adopté, <br /> et que rien ni le temps, d'autres amours ni l'âge, <br /> ne feront jamais que vous n'ayez été, <br /> Que la beauté du Monde a pris votre visage, <br /> Qu'un peu de vie est passé dans mon champ" <br /> <br /> ps, si les antiques (grecs et latinistes) étaient hétaïres, ça se saurait !<br /> aussi malgré un patent manque d'étanchéité, je rate rarement une bise (!) <br /> (à moins de mélanger les Claudine de Colette ou Corinne et Germaine* mais merci d'insister; ni je m'inquiète, promis)
Répondre
G
Je gagne beaucoup à écrire des conneries : Le plaisir d'apprendre, en retour, que tu mets à sa juste place la qualité littéraire de Yourcenar et - peut-être davantage encore - ta date d'anniversaire. En voilà un nouveau beau sujet d'article à venir... si ça me chante. ;o)
D
n'empêche,c'était un lettré le JLG.Et la Phryné elle savait s'protéger des morbacs on dirait
Répondre
G
3 lettres sur 26 et pas une voyelle, on a déjà connu plus fourni comme lettré... Tu me diras que plus fourni, il aurait sans doute été plus exposé aux morpions. ;o)
L
c'est bien de le remettre à sa place ce Jean d'O
Répondre
G
Tu voudrais vraiment le remettre dans son fauteuil ? Pourquoi pas ? Il est encore libre. Mais ce bon Jean d'O est-il encore en état d'être empaillé ? ;o)
M
Bien vu les toilettes Marguerite Yourcenar et les toilettes Messieurs :)
Répondre
G
Rendons à Jean d'O ce qui appartient à Jean d'O, c'est lui qui en avait fait la suggestion. ;o)
P
C'est bizarre, habillée je ne l'imaginais pas comme ça la Marguerite ;-)
Répondre
G
L'habit vert n'est pas très flatteur. ;o))