27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 17:51

Il était déjà tard, avant-hier soir, quand le téléphone a sonné. Un coup d'oeil sur l'écran, je savais déjà que la nouvelle ne serait pas bonne. Ce que la voix m'a confirmé : "J'ai une mauvaise nouvelle à t'apprendre... (Je n'aurais pas dû nécessairement penser à toi avant d'entendre la suite, c'est pourtant ce que j'ai fait)... Baps est mort".

C'était peut-être la première fois - je ne m'en avise qu'à présent - que tu n'as pas réussi à m'étonner. Et c'est peut-être aussi que je n'ai plus l'humour à toute épreuve, car nous avions réussi jusqu'alors à sourire de tes pépins de santé, mais je n'ai pas encore su trouver drôle cette dernière bizarrerie qui t'a emporté. Syndrome de Guillain-Barré : a-t-on idée, alors que nous avons un covid 19 flambant neuf, d'aller choper cette rareté poussiéreuse...

Luce m'a dit les souffrances que tu as endurées et son soulagement de t'avoir retrouvé hier, apaisé. Je tiens l'oubli de nos douleurs pour le meilleur des remèdes. Tu l'as trouvé.

A nous, tes amis, de continuer à faire vivre le souvenir de tous les bons moments partagés, verres et rires, autour de nos complicités artistiques.

Je le fais aujourd'hui ici, à ma façon, car ta présence y est forte. Tu m'auras accompagné fidèlement depuis les premiers jours de ce blog, alors que je n'en avais fait qu'une mention fort distraite autour de moi, et tu y as ta place au fil des ans en de nombreux endroits. Je vais m'attacher à les rassembler pour que celles et ceux qui seraient tentés de te faire quelque affectueuse révérence (il se peut même qu'on y voie des dévots) s'y retrouvent.

 

Ta mémoire te jouait quelques tours depuis des mois, me disais-tu, et c'est sa défaillance en effet qui s'est trouvée l'an dernier à l'origine de la disparition de ton premier site :

Tu t'es donné du mal pour construire le nouveau et certain(e)s ont déjà eu l'occasion de t'en féliciter (même si je sais que tu ne lisais que rarement les commentaires). Peut-être l'aurais-tu complété : alphabaps, vitraux... Tant d'oeuvres et d'informations qui se sont perdues avec le précédent.

Quelques-uns de mes articles combleront imparfaitement certaines absences.

Aucun l'absence de l'ami. J'allais dire : rappelle-toi...

Je regarderai définitivement de travers les années bissextiles.

Salut l'andabate, salut l'artiste !

 

Et à toi, Luce, toutes mes pensées les plus affectueuses.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'autoportrait de BAPS provient de l'affiche qu'il avait créée pour l'exposition RETROSPECTIVE BERNARD VINCENT de 2016, laquelle s'était tenue dans le cadre de l'ancien Palais des Evêques de Bourg-Saint-Andéol.

 

A COMPTER D'AUJOURD'HUI :

Pages (colonne droite du blog)

9. BERNARD VINCENT (BAPS)

La page regroupera, pour l'essentiel, les articles que j'ai pu lui consacrer à un titre ou un autre...

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Je l'ai fait en trois fois parce que ça demande du temps (c'est pourquoi je n'ai pas laissé mon commentaire plus tôt) mais j'ai fait le tour de la page hommage à Bernard Vincent. C'est de l'émotion et beaucoup de rires (j'ai pleuré de rire avec "dinner for one") et c'est aussi bien plus qu'un portrait par petites touches. On y retrouve le fond de cette dernière décennie et, au-delà, celui d'une époque finie qui me laisse une douce nostalgie.
Répondre
G
Ah ! la nostalge... Va pas nous faire sortir Robert Hossein du bois de sapins, maintenant. C'est pas le moment. ;o)
C
en parcourant tes articles je suis retombé sur le com que j'avais fait dans l'alphabaps (3) à propos d'enigma: "born to die...c'est drôle qu'on continue de se laisser tenter."<br /> ...je ne revois pas cette toile sans émotion.
Répondre
G
Je suis allé te relire, et j'ai eu l'impression de lire quelqu'un d'autre que moi en relisant ma réponse : Ah pour ça oui ! il faut avoir le pessimisme bien gai...<br /> Quelqu'un avec qui je serais pourtant pleinement d'accord. ;o)
N
je m'étais désolée de la perte de son premier site et réjouie de sa reconstruction, aujourd'hui je suis profondément attristée sans même avoir eu l'avantage de le connaître autrement qu'à travers ton blog.<br /> biz
Répondre
G
Il te reste la part du rêve et, peut-être, quelques découvertes à faire sur sa page souvenir (il n'est pas exclu que j'apporte des éléments nouveaux s'ils se présentent).<br /> Bises.
M
je ne le connaissais guère et c'est maintenant qu'il a disparu que je vais regarder ses œuvres..<br /> C'est bien étrange...
Répondre
G
C'est un privilège des artistes de se prolonger par leurs oeuvres.
M
A sa nouvelle vie à travers tous ceux qui le (re)découvrent chez toi.
Répondre
G
C'est gentil à toi, puis-je suggérer : la vie Claire ? ;o)
J
J'avais pris le plus grand plaisir à découvrir le site de Bernard Vincent et à travers les premiers articles rassemblés un peu de l'homme et de l'artiste pensant qu'il était.<br /> De la tristesse mais aussi beaucoup de sourires qui continueront à le garder vivant dans l'esprit de ceux qui ont eu certainement le privilège de le connaître.
Répondre
G
Il faut faire le pari des sourires.
R
Bonjour Géhèm !<br /> <br /> A tes accents, je sens que tu aimais beaucoup <br /> BAPS que je ne connaissais pas.<br /> <br /> Juste un petit poème :<br /> <br /> Cortège,<br /> <br /> En cortège derrière<br /> le dernier qui s’en va,<br /> que tu sois Paul ou Pierre<br /> tu y penses déjà :<br /> « Le prochain … ce sera moi ? »<br /> <br /> Doucement tu chemines<br /> et l’ombre des cyprès,<br /> voyant que tu rumines<br /> t’enveloppe de près<br /> et, dans un murmure elle te susurre :<br /> « Il est possible que ce soit toi ! »<br /> <br /> Pour le coup tu frissonnes<br /> et tu presses le pas,<br /> tu rejoins la colonne<br /> évitant le faux-pas<br /> en te marmonnant tout bas :<br /> <br /> « J’ai le temps … j’ai encore le temps<br /> … le temps de ne pas être devant. »<br /> Pourtant <br /> … pourtant … tu sens<br /> … tu sais<br /> que l’ombre des cyprès a quelques vues sur toi.<br /> <br /> Pierre Dupuis<br /> <br /> <br /> Et pis c'est tout !<br /> <br /> Bonne journée !<br /> <br /> Le Rotpier<br /> <br /> https://rotpier27.wordpress.com/
Répondre
G
A l'ombre des jeunes filles en fleurs, c'est un de mes livres de chevet du moment.<br /> Les rébus dominicaux sont servis ?... Je traverse. ;o)
R
A 74 balais bientôt, je suis plus proche de l’extrême-onction ( dont je me balance avec désinvolture ! ) que de ma première communion ( dont je me balance avec désinvolture itou ! ) <br /> Bon dimanche ... à l'ombre de ce que tu veux, mais pas derrière les barreaux !<br /> Le Rotpier
G
Ceux qui me connaissent savent que je ne vais plus aux enterrements depuis des années : je m'y sens inutile.<br /> ...Il me semble que tu as publié cette méditation plusieurs fois. Ce qui rapproche du but, forcément. ;o)
T
Un ami s'en va, avec lui le rayon de sa lumière, ..désaveuglé,<br /> le chagrin évanescent tel un fugueur défaillant, aussi vigile permanent du fabuleux puzzle de nos sentiments, ses entités affectives (et) colorées ne seront jamais altérées,<br /> Cheers,
Répondre
G
Je suis toujours fasciné par les fulgurances que t'inspire le parapente (serait-ce autre chose ?). C'est fort beau, mon Jaq. ;o)
P
J'avais suivi ce précédent lien et encouragé à la reconstruction du site, car j'avais vraiment beaucoup admiré tout ce que j'ai vu là bas. . <br /> Voilà une bien triste nouvelle. <br /> Mes sincères condoléances à sa famille et tous ceux qui l'aimaient. A toi, bien sûr. J'espère que ta page pourra restaurer les images perdues, et faire perdurer la complicité artistique. <br /> Pensées douces. ♥
Répondre
G
Faire perdurer la complicité artistique, au moins, et compléter, bien trop modestement, son site...<br /> Suis particulièrement sensible aux douceurs de Sophie. ;o)
P
Je me souviens avoir lu l'un ou l'autre article où tu mentionnais cet ami. J'avais même poussé la porte de son nouveau blog à l'occasion. Si son départ est un soulagement pour lui, ceux qui restent doivent surmonter leur peine et s'en accommoder même si c'est toujours trop tôt, quelle qu'en soit la cause...<br /> Les mots sont vains dans ces cas-là, je me tairai donc, par respect.
Répondre
P
Je me réjouis alors de n'être jamais prête: j'apprends très mal dans ce domaine ;-)
G
Le silence est aussi un des meilleurs apprentissages de la mort. ;o)