9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 06:20

C'était le 9 octobre 1981.

Voilà ce qui, hier, m'aura permis d'ingurgiter ma tête de veau sans sourciller. 

 

L'aimable Marcel Chevalier, exécuteur en chef, mis à la retraite anticipée. L'excellent homme avait fait assister son fils cadet à ses deux dernières exécutions pour le former: je conçois sans peine la frustration d'un père privé de successeur.

La guillotine * mise au rancart. Et où cela, savez-vous ? Au Musée national des arts et traditions populaires (Lol ! comme on dit chez les esthètes de la langue quand c'est vraiment trop drôle).

 

guillotine.jpg

 

J'ai beau ne pas être exagérément sujet aux migraines, c'est bien la seule décision politique de ces dernières décennies à laquelle j'adhère sans restriction. Mais on est dans un espace de libre expression, pas vrai ? Je sais donner une place aux nostalgiques : 

   

peine-de-mort.jpg

 

Et je ne voudrais pas donner l'impression de forcer le trait, mais avez-vous noté que nous célébrons la Saint-Denis aujourd'hui ?

 

Un petit tour ici ? C'est vous qui voyez ! 

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
<br /> Bravo. On voit ce qu'elle donne la supression de la peine de mort !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> Votre Eminence gagnerait à surveiller son orthographe... et la couleur de son slip !<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> J'ignorais que la guillotine dormait au musée des traditions !<br /> Il est donc bon de changer ses habitudes... ne serait-ce que pour remplir les musées !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> J'y réfléchirai à tête reposée !<br /> <br /> <br /> <br />