5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 23:05

 

31

 

   Elle ne voulait pas en démordre : c’était le Paradis terrestre ! Qu’est-ce qu’il aurait fallu de plus ? Le soleil, le ciel bleu ? Ils avaient l’un et l’autre, et pour eux seuls, avec les parfums du romarin et de la farigoule ! Le moindre pépiement d’un piaf, perceptible ! Ah, doux Jésus, le luxe de ce calme ! Réellement, est-ce que ses deux biquets avaient bien conscience de leur chance ? Qu’aurait-on pu y ajouter ? Un tout petit nuage blanc joliment dessiné, pour la déco ? Non, décemment, on ne pouvait pas exiger davantage lorsqu’on savait l’état de misère du monde ! Son papa qui disait : L’Éden ? c’est la cabane au fond du jardin à gauche, ma fille ! Pauvre homme, s’il avait eu la félicité de connaître un lieu tellement idyllique !… Très franchement, elle se voyait sans malaise dans la peau d’Ève.

   Ils finissaient de partager leur dînette frugale. Lu s’apprêtait à débarrasser les couverts. Le Paradis ? Adam et Ève ? L’idée de se remettre dans la carcasse du premier homme ne l’enthousiasmait pas du tout. De plus, il y avait un sérieux hic que la môme sautait insouciamment à pieds joints : Adam et Ève n’étaient pas trois, et les emmerdements qui s’en étaient pourtant suivis avaient été suffisamment sévères comme ça !

   - Je t’arrête là, ma jolie ! Ève ne s’appelait pas Ève, mais Lucy, jugea-t-il bon de la tuyauter doctement…

   - Oh yes! Lucy in the sky with diamonds ! La fiancée d’Yves Coppens, je me trompe?… Va savoir, mon doudou, c’était peut-être son nom de guerre en tant que pute à elle aussi !

   - …Et elle était sans doute affreusement poilue ! insista Lu.

   - C’est peut-être pour ça que je raffole des bananes ! plaisanta-t-elle, avec un sourire infernal.

   Indécrottable, voilà ce qu’elle était ! Après tout, était-ce une considération dramatique ? Il se laissait aller présentement à des idées qui auraient fait rougir un bonobo !

    Momo n’aspirait qu’à faire une sieste… disons trois quarts d’heure maxi, ça ne dérangerait personne ? Papote que papote ! leurs bavardages interminables l’assommaient. La gamine était adorable et bourrée de tonus, d’accord ! mais elle le soûlait autant qu’une perruche. Il avait besoin de vrai calme ! Parce que le Paradis perdu, depuis qu’elle avait débarqué, c’était vraiment cela : le calme ! 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Le calme... il veut le calme Momo... ça me semble légitime... fatiguant la parlotte... si.. si... bisous Géhèm..
Répondre
G
<br /> <br /> Bonjour Fanfannuitblanche,<br /> <br /> <br /> J'ai l'impression que Morphée a eu plus que la permission de minuit hier soir ! <br /> <br /> <br /> J'espère que tu as fini par trouver toi aussi le calme propice au sommeil.<br /> <br /> <br /> Bisous tout frais du jour.<br /> <br /> <br /> <br />
D
Le ciel bleu, le thym, le romarin............ et les cigales qui nous escagassent les oreilles Géhèm !!!!!!<br /> Même sans les cigales c'est le paradis !<br /> Bon après midi et bises.
Répondre
G
<br /> <br /> Manque quand même le pastaga et les olives !... même à cette heure-ci. <br /> <br /> <br /> Bises Dany<br /> <br /> <br /> <br />