15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 23:05

 

38

 

   C’était leur tout dernier après-midi à répéter sur le terrain. Marie-Claude avait décidé qu’à partir de demain, ça se continuerait sur la scène du Shehrazade pour tester les jeux de lumière. En conséquence de quoi, dès ce soir, ils iraient poser leur sac de voyage chez elle.

   En attendant, ils en étaient au dernier volet du spectacle : Boum, de Charles Trenet. Marie-Claude se balançait, le dos presque collé à la baraque, sur les chorus instrumentaux qui précédaient leur grand final, tandis qu’ils s’avançaient à petits  pas swingués jusqu’à toucher les spectateurs, et…

 

   Boooûm ! le monde entier fait boum

   Tout-t’avec-lui-dit-boum

   Quand notre cœur fait boum-boum

   Boum je n’entends que boum boum

   Ça fait toujours boum boum boum

   Brrrroûoûoûm… Boum !

 

   Tout s’acheva dans des trémoussements et des tortillements  frénétiques qui électrisèrent leur public.

   Une grande perche de Saint-Ouen (Saint-Ouen "Les Puces", très exactement, comme le spécifiait son tee-shirt) se pencha vers son rejeton, lequel manifestait un enthousiasme bruyant, pour savoir si ça lui plairait de danser comme les messieurs quand il aurait l’âge adéquat.

   - Ah ouais alors ! si on est pas obligé d’être Arabe.

   - Il promet, votre tchiot ! apprécia une voisine.

   - Il est en avance d’une classe, confia fièrement la mother.

   Il y avait là, pressée dans les effluves d’ambre solaire bon marché, la fine crème de la communauté franco-française ! De la masse adipeuse à revendre sous les shorts et les chemisettes. Des auréoles qui enjolivaient les aisselles. Les actualités télé avaient fait leur effet.

   La chose s’était ainsi faite :

   Un premier couple de curieux, après s’être cassé le nez sur le périmètre interdit, avait reconnu au retour les protagonistes du drame affairés devant leur baraque. On aurait pu se contenter d’échanger quelques mots, de leur signer un autographe et accepter, en conclusion, de se faire prendre en photo, mais non ! Il avait fallu que la môme, en repérant leur caméscope, les convainque de mettre en boîte une partie de leur répète. Et voilà ! D’une famille de curieux à l’autre, ils étaient à présent pas loin d’une vingtaine.

   Pour Marie-Claude, c’était tout bénéfice : au visionnage, elle avait eu confirmation d’une prestation d’ensemble impeccable. Plus le soulagement de voir ses deux biquets pas désarçonnés pour un rond par la présence d’un public. Par-dessus tout, ce qui ne pouvait pas tromper, l’emballement et la gaieté de chacun.

 

   On consentit à bisser Boum de bon cœur.

   En place ! Attention !… La courte attaque syncopée des cuivres, et :

 

   La pendule fait tic-tac-tic-tic

   Les oiseaux du lac pic-pac-pic-pic

   Glou glou glou font tous les dindons

   Et la jolie cloche ding din don

   Mais boum ! quand notre cœur fait boum

   Tout-t’avec lui dit boum

   Et c’est l’amour qui s’éveille…

 

   Les gamins en étaient encore à faire des tic-tic, des pic-pac, des glou glou, des ding dong et des boum, dansant joyeusement à contretemps.

   …

   Tout a changé depuis hier et la rue

   A des yeux qui regardent aux fenêtres

   Y a du lilas et y a des mains tendues

   Sur la mer le soleil va paraître…

 

   La masse bigarrée des adultes s’était à son tour animée et chaloupait comme un seul homme.

   …

   Le vent dans les bois fait hou hou hou

   La biche aux abois fait mêêêêê

   La vaisselle cassée fait fric fric frac

   Et les pieds mouillés font flic flic flac

   Mais boum ! quand notre cœur fait boum…

 

    Vu du ciel, cela devait faire un spectacle bien surprenant. La file des véhicules stationnés, la baraque, le trou de Lu et son monticule de terre, les trois danseurs et cette ébauche de foule mouvante au milieu d’un quasi-désert. Il y a trois jours, un hélicoptère emportait Tony. Aujourd’hui, le ciel était vide. On était entré dans une autre sphère du temps. Lu, en tout cas. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Ainsi va la vie... elle continue.. quoiqu'il arrive.. et nos artistes foncent vers leur destin...
Répondre
G
<br /> <br /> ...dans l'obscurité, pour... un certain temps. <br /> <br /> <br /> <br />
L
une suggestion, tu pourrais, lorsque le point final aura été mis, nous mettre ça dans un fichier et nous l'envoyer sur cafardages@gmail.com ? d'avance merci
Répondre
G
<br /> <br /> Lorsque ce sera fini, ce sera sur papier, amis Cafards ! et je vous le "déquicasserai" avec plaisir, mais d'ici là il y a encore un gros brin de taf... <br /> <br /> <br /> <br />