18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 13:26

Si je suis de plus en plus porté à faire court sur ce blog, ce n'est pas le cas d'un odieux connard qui sur le sien vous propose (paradoxalement, dans les grandes largeurs) de découvrir si vous êtes aptes à tweeter.

Z'avez fait le test ? Z'êtes prêt(e)s ?

Pour ma part, je continuerai à faire court ici-même.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 09:49

Que nenni !

Allez savoir pourquoi cette histoire m'a remémoré l'interrogation de B.B. !...

Vous croyiez en avoir fini avec Noël ?

...Pas la B.B. que vous connaissez tous, mais celle que vous gagneriez à connaître. Celle qui signe Photonanie, chaque dimanche, dans les commentaires dédiés aux deux rébus de Rotpier.

Bien ! Je m'en vais poursuivre la présentation de mes voeux, à mon rythme...

Vivement Pâques !

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 18:12

Comment le dé-peindre en quelques regards croisés...

Je n'ai fait que le citer dans mon précédent billet sur René Mirabel pour une exposition qu'ils partagèrent en 2012. Il méritait plus que le seul lien vers son article Wikipédia, assez sommaire.

C'est en 2004 que j'ai eu le plaisir de lui rendre visite pour choisir deux oeuvres à intégrer dans une exposition collective. Après-midi charmant, fourmillant d'échanges sur l'art (en particulier la place de son père, celle de Soutine...), à la suite duquel je m'étais contenté de peu de lignes en marge de l'exposition en question :

« Il faut le dire, avant Duchamp la peinture n’existait pas ! Bien sûr, on barbouillait depuis Cézanne, on salissait la toile, c’était encore la préhistoire, on balbutiait, on apprenait à marcher.

Enfin le Messie fit son apparition, montra du doigt le porte-bouteilles et la lumière fut. On sortait de la nuit ».

On ouvre Le Désespoir du Peintre*, Duchamp est là, dans l’épigraphe. On pousse la porte de La Coconnière**, les égouttoirs à bouteilles sont dans le jardin. Encore et partout, le Marcel ! à fleur de peau, comme un tricot de corps qui gratte. Un prurit assuré pour qui s’évertue à peindre en tirant la langue. Dire que j’en soupçonne d’utiliser pour médium la naphtaline ! L’art, c’est certain, est une guerre de religions qui, pour le gros de la cohorte, croupit dans une guerre de boutons. Pourtant, ce n’est qu’une évidence aveuglante qu’il nous révèle, le Messie : l’essence de l’art est dans l’illusion. Ça ne devrait heurter que les prestidigitateurs ratés. « L.H.O.O.Q. », « La même après rasage » : en deux chromos de la Joconde, l’une affligée de virilisme, portant moustache et barbichette, l’autre rendue à son état originel, la révolution était faite. C’est bien en remettant les choses en ordre qu’il a profondément changé notre regard sur l’art, après l’avoir piégé, Marcel Duchamp.

J’avais en tête de brosser un portrait de Yankel. Pas difficile de se sentir d’emblée avec lui comme larrons en foire, je crois qu’il n’aurait pas été trop malaisé de réussir une pochade assez vive : le modèle est bon, on a déjà fait la moitié en saisissant la malice de l’œil, l’esprit est rapide, sautillant, moqueur. Bref, il a toutes les qualités requises pour faire son autoportrait et c'est ce qu'il fait admirablement dans le Yankel*** des Editions de l’amateur qui accompagne ses deux « Golem » au Salon. Vous en jugerez par vous-mêmes. Qu'aurais-je bien pu ajouter ?

C’est ce que je ne savais pas avant de le lire : il a une plume épatante, Yankel !

J’ai délaissé un peu le plasticien, pour me laisser charmer par son sens aigu de l’observation, de la dérision, et par la si juste, si personnelle petite musique de son style. Je me suis régalé à la lecture de ses chroniques et je veux croire qu’il n’a pas changé depuis ce Salon Comparaisons de 74 au Grand Palais, dont il écrit : « C’est sympa, un salon, ça fait plaisir, on se promène, on voit des tas de pâtisseries, de peinturlures, de sculptures drolatiques, des tapisseries, de tout. Moi j’aime bien savoir qu’il y a des milliers de pauvres types comme moi qui font de la barbouille. C’est vrai, quoi, on se sent tout seul dans son atelier et ça requinque de faire partie d’une grande famille… comme si c’était tous des m’as-tu-vu, des illuminés, des égocentriques ! moi, d’abord, j’aime bien les peintres, mes frères, tous et toutes. » Et puis je retiendrai dans son glossaire, puisqu’il s’agit aussi de « contribuer au rayonnement du territoire », sa définition du Pont d’Arc : Arc de triomphe creusé dans la roche par la rivière Ardèche, commémorant la victoire du tourisme populaire.

 

* Le Désespoir du Peintre (Les Editions des Enfants de la balle, 1983). Chronique artistique illustrée des années 67 à 80 (qu'il a eu la gentillesse de m'offrir).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

** La Coconnière : sa résidence d'été de Labeaume.

*** Yankel (Les éditions de l'amateur, 1994) Textes de Gérard Xuriguera, Pierre Restany et Yankel.

 

 

 

 

> Une vidéo d'Isabelle Filleul de Brohy *1 :

> Un article de Jean-Louis Aguilar, président de l'ARAT :

> Une vidéo d'Idriss DIABATE :

Toujours l'oeil vif et l'esprit sautillant dans sa résidence d'été de Labeaume :

¤

Découvrir la donation faite par Yankel au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers-sur-Serein.

Pour accéder au très intéressant dossier de presse de 30 pages :

> Le musée... Informations... puis CLIC sur donation par l'artiste Jacques Yankel.

 

*1 : Voir, de la même réalisatrice, l'excellente vidéo consacrée à Max Wechsler

¤ Jacques Yankel est décédé le 3 avril 2020, lire :

Jacques Yankel, 1920-2020.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 10:20

Une belle page de Carole (mais y en a-t-il chez elle de mauvaises ?)...

...m'a ramené à mes propres souvenirs.

- Ma première classe, lors de ma première année de pensionnat, à l'occasion de laquelle un vieux curé poussiéreux nous fit la lecture de La dernière classe d'Alphonse Daudet. 

Et comment ne pas aimer le texte intégral lu par Fernandel ?

- La lecture (car, depuis, mon appétit de lire n'a fait que croître), il y a plus de dix ans, du joli livre de Daniel Pennac : Chagrin d'école.

Je viens d'en ressortir l'exemplaire NRF Gallimard - 2007 pour redécouvrir avec un sourire deux des appréciations qui illustrent sa quatrième de couverture :

 

FRANCAIS... Elève gai, mais triste élève

ANGLAIS...   Parle beaucoup, mais pas un mot d'anglais 

- Et, au fil du vent, à Mistral gagnant...

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2018 5 26 /01 /janvier /2018 16:46

...qui ont eu du mal à faire le tour du site de Nancy Fouts.

 

L'artiste, d'abord :

Nancy Fouts on SHOWstudio.

Nancy Fouts on SHOWstudio.

Un condensé de son parcours et de ses oeuvres sur un autre site

 

Enfin, retour sur son site, une vidéo d'elle dans sa maison-atelier :

Et puisque c'est vendredi, mon seul jour de bonté de la semaine, un bonus avec Hirotoshi Itoh aka Jiyuseki.

 

Oh, pardon !... J'allais oublier l'essentiel :

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 07:55

Viens, je t'amène chez Rotpier.

 

De plus, j'ai découvert grâce à lui les gifs de Joël REMY qui valent le détour.

Particulièrement aimé celui-ci :

GIF de Joël REMY d'après "Bird on record player" de Nancy Fouts.

GIF de Joël REMY d'après "Bird on record player" de Nancy Fouts.

Ce qui m'a conduit à la découverte du site de Nancy Fouts. De la balle !

Tu comprendras que je me sois attaché à cette image :

Fish Timer - Nancy Fouts

Fish Timer - Nancy Fouts

¤

Poésie de la vie quotidienne toujours, avec nos amies les bêtes encore : mais oui.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 21:36

Ce qui vient à l'esprit en lisant Carole. Et Carole l'écrit si bien :

Chez Mélanite, tout est grâce.

"Voir le gris comme une chance... le moment rose s'en trouve encore plus doux", souligne-t-elle.

Alma y ajoute l'espièglerie.

"Avec les miroirs, je ne sais jamais ce qui réfléchit", écrit un lecteur. Elle lui répond : "C'est toujours pas moi."

On ne la croit pas.

Chez Hopla, c'est une trace. La dernière laissée sur son blog.

J'y retourne avec l'idée qu'il reviendra en laisser d'autres.

Vous aussi aimez les reflets ?... Je suis preneur.

 

¤

 

Mis en avant le 18/01 par JP :

Par le même JP, le 19/01, un peu au-delà des reflets. Qui s'en plaindra ?

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 11:51

Ma grand-mère maternelle disait : un éclat de rire vaut un bifteck.

Dans le monde de Vegas sur sarthe, c'est table ouverte...

Mais peut-être, à si peu de distance du repas de midi, aimerez-vous y ajouter quelques notes apéritives : vous y trouverez aussi abondance de brèves. 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2017 7 03 /12 /décembre /2017 17:29

Le mal de mer, sans doute...

Miranda et la tempête - John William Waterhouse.

Miranda et la tempête - John William Waterhouse.

Reçu cet après-midi par mail, d'un malfaisant dont je tairai le nom.

BONUS du 5/12 :

Petit test de résistance à faire sur liseuse électronique (ai-je besoin d'ajouter : de préférence sur une route sinueuse ?)... Il n'est pas indispensable que vous conduisiez en même temps.

La Liseuse - Jean-Honoré Fragonard.

La Liseuse - Jean-Honoré Fragonard.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 06:59

Hé oh, les vieux, sortez vos cahiers !

C'est qu'après la sieste il faut savoir les occuper intelligemment, non mais.

Partager cet article
Repost0