27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 05:00

  Je n'en reviens pas : ce blog a une activité souterraine !

 

Qu'apprends-je ?

"Doudou fait un blocage sur (mes) rébus, qu'elle n'arrive pas à décoder entièrement, ça l'énerve !!!"

C'est ce que m'écrit une discrète et néanmoins fidèle amie.

 

Alors comme ça, Doudou, on passe me voir en catimini ?

Mais il suffisait de le dire : je sais me mettre en quatre pour les ami(e)s.

La preuve !

 

Rébus n°34 (Solution ici même) 

rebus-n-34.jpg

Il était une fois deux veaux que deux vaches aimaient d'amour laid.

La nature n'a pas fait pis depuis.

 

 Avec, en prime, un détail lexical : UNE.

une.jpg

(Parce que j'admets qu'au format du rébus il n'est pas facile à décrypter

et qu'il pourrait bien resservir sans tarder.)

 

Et, tant que j'y suis, la solution du n°35 à venir :

Il n'est pas anormal que les mousses tiquent quand un capitaine envisage de les tirer à la courte paille.

 

Allez, Doudou, bises !

Tu auras rendu service à plus d'un.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Et pis taf...maintenant!!!!! ;0)))
Répondre
G
<br /> <br /> Merci Dany, tu viens de me rappeler qu'il faut que je réfléchisse à la mienne ! <br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> La nature a fait pis depuis ... trois veaux que trois vaches ...<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> ...Ce qui prouve qu'on peut toujours compter sur le génie de la génisse ! <br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> Me voilà rassurée, je ne suis pas la seule à me noyer dans tes alambics rébusiens !<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> <br /> J'ai bien envie d'en proposer de plus simples, à colorier à même l'écran ! <br /> <br /> <br /> <br />