18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 16:23

 

En voilà un autre que je n'ai pas vu depuis un brin de temps. Trois ans ? Quatre ans ?...

 

 

2005 : Debout derrière son improbable aéronef amphibie.

L'a-t-il conçu pour ne se pri-ver d'aucune des chances de se faufiler dans l'éternité artistique ?

Ou, s'agissant d'une exposition collective, fut-il le père du premier BlaBlaCar fait pour rejoindre l'au-delà en riant ?

 

Nous aurons partagé plus d'un bon moment de complicité artistique. Se pourrait-il qu'en ma Ford intérieure j'aie fini inconsciemment par craindre de prendre la place du mort ? (Je n'ai jamais eu de Ford de ma vie. Tu l'auras compris, lecteur attentif, il s'agit de mon for intérieur, bien sûr.) ...Donc, Ford ou pas, je disais ne plus avoir vu depuis certain temps ce tout de même assez intrigant personnage, va savoir pourquoi !

Alléluia, nous avons depuis avant-hier un ministre de l'Intérieur tout neuf. Formons le voeu que ce nouveau sous-maître de l'ordre public vienne mettre un terme rapide à ce genre d'exhibitions éhontées car, il faut que vous le sachiez (gens du tout-venant), Mirabel se plaît dans la récidive. 

Edifiant agitateur de panier à crottes, en effet ! dont l'observateur avisé aura aussitôt relevé qu'il est dans le même temps salué par bon nombre d'amateurs d'art, Mirabel manquait jusqu'à ces toutes dernières années d'un site montrant un tant soit peu largement son travail. C'est aujourd'hui défaillance en partie réparée avec René Mirabel - Artiste peintre qui couvre la période s'étalant depuis ses premières oeuvres des années 60 jusqu'à ses Vibrations de 2016/2017.

Un site bien à son image, sans fioritures inutiles, limite austère...

Bien que les deux productions ici mises en avant n'y figurent pas (j'aurais pu en relater une troisième : Les beaux morceaux * - grande barrique dont s'échappait, en son sommet, une luxuriante chevelure blonde, et du fond de laquelle s'égouttait lentement un sang épais), le côté farceur n'en est pas absent car qui pourrait croire raisonnablement y trouver l'ensemble des oeuvres ?... Il faut avoir eu la chance de visiter sa vaste réserve qui regorge de compositions, dont certaines de très grand format, pour témoigner qu'on en est fort loin.

Je me suis attaché à accompagner les périodes allant des années 60 aux années 1992 et suivantes des observations que Gilles Plazy leur a consacrées dans le n°28 de Cimaise précité :

...(Premières oeuvres, 1960) D'étonnants paysages de bruns sombres, au bord du noir, inspirés des "faïsses", ces terrasses étroites installées au flanc des montagnes par des paysans acharnés à les cultiver. La peinture à l'huile, de couche en couche, se faisait grumeleuse, avec une lumière qui semblait sourdre du fond de la terre même, dessinant des ondulations multiples et complexes qui peuvent faire penser à deux artistes qu'il ne connaissait pas alors : Charchoune et Ubac. Car il n'y avait ni ciel ni horizon.

Le dessin s'éloigna de plus en plus du sujet, se simplifia, s'affermit, acquit la rigueur géométrique...

...(Bleu et Rouge, 1980-1990) De simples variations de traits rouges  sur de grands fonds bleus se nourrissaient encore de vues d'Ardèche. A ces deux couleurs, Mirabel fut longtemps d'une fidélité exclusive : elles lui suffirent à évoluer, à devenir ce "constructiviste" qu'il est aujourd'hui.

[Et c'est parce que] le pinceau l'ennuyait [...] qu'il s'inventa un mode d'impression de la couleur qui requérait une surface dure. Et plus de "touche", cette complaisance de l'artiste pour sa propre main.

 

 

 

 

(Reliefs, 1987-1990) :

 

 

 

 

 

(Les Géants de l'Ouest et des Ordres, 1993).

La monochromie s'est imposée, minimale dans une série de reliefs très délicats ou bien devenant un élément ironique d'objets fabriqués en marge du Nouveau Réalisme. Ainsi les trois amusantes soutanes, ou bien la série des Géants de l'Ouest où les clichés du western retrouvent une nouvelle jeunesse.

 

 

 

(Intimistes, 1992-1994).

...Fenêtres de la série Intimisme qui marient l'artisanat constructiviste, l'obsession monochrome d'un peintre aujourd'hui détaché du paysage et le collage d'objets.

 

 

 

 

(Installations, 1992-2007) René Mirabel est un constructiviste qui a de l'humour et de la fraîcheur et qui ne se coince d'aucune théorie. Aussi n'a-t-il pas hésité à introduire dans ses constructions quelques objets : de jolies boîtes de bonbons ou de thé décorées à l'ancienne ou de pièces plus sévères - morceaux de métal ou de verre, grillages, chaînes, câbles, miroirs brisés. Et le jeu peut prendre de la gravité avec les Epitaphes ou les Perspectives où les panneaux ajourés se font portes de prison et même, en sculpture, cages.

 

 

 

 

 

 

 

 

...Une autre série est tout métal, lourde, imposante et pourtant légère dans la rigueur d'un montage de plaques, de grilles et de crochets.

[Pour René Mirabel] l'art est un jeu de construction dont toute la poésie vient d'une belle alliance entre la rigueur artisanale et la liberté d'une fantaisie qui ne sait jamais à l'avance quel chemin elle va prendre.

 

De retour depuis au travail sur toile, Mirabel semble avoir renoué avec les sources de ses premières années et j'aime infiniment ces variations obstinées qui ne cessent de vouloir approcher l'essence du monde en se défiant du désir de plaire.

Bref, un artiste peintre (puisqu'il a choisi de se définir ainsi) authentique qui s'est donné la liberté de construire une oeuvre très personnelle et profondément cohérente.

Etait-ce l'occasion d'un premier jugement d'instance artistique ?

J'ai retrouvé une invitation de 2012 pour une exposition de groupe organisée dans le cadre de l'ancien palais de justice de Largentière à laquelle je n'ai pu me rendre.

 

Les exposants :

 

MIRABEL

YANKEL : LINK

LATTIER : LINK/LINK

SYROKA : LINK/LINK/LINK

PERLIN : LINK

Je ne l'ai pas vue, et alors ?

* Erratum du 22/10 relatif à "Les beaux morceaux".

Il faut se défier de ses souvenirs. Retrouvé une note de 2004 décrivant cette oeuvre :

 

Mirabel s'est mis en cuisine [...] il n'a pas fait dans la demi-mesure, si bien que c'est à l'intérieur d'un quart de fût aux dimensions fort respectables (110 x 58 x 80) qu'il nous propose une roborative "Marinade". On ne doit pas parler ici de matériaux, mais d'ingrédients : chêne, chaînes, beaux morceaux, Pomerol 89, sel, poivre, laurier, basilic. Pas plus le sang, figé au sol après s'être égoutté des interstices, que les longues mèches de cheveux bruns qui s'échappent de sous le couvercle ne laissent place au moindre doute sur la nature des beaux morceaux. C'est de la tambouille rustique caustique, une oeuvre apparentée à la filière tripière ardéchoise, une recette qui fleure bon les hautes heures de l'Auberge rouge de Peyrebeille.

Articles associés :

YANKEL

Gérard Lattier

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
la peinture sur toile c'est l'âge de raison... il a dû rigoler pour transporter son arche de noé ;-)
Répondre
G
L'âge de raison c'est la camomille, les couches-culottes et les mots fléchés. :o))<br /> ...Il faut de toute façon avoir un petit grain pour choisir d'exposer des volumes plutôt que des oeuvres en 2 dimensions. ;o)
N
c'est un travail de bénédictin<br /> j'aime tout particulièrement la variété des oeuvres/2011-2014
Répondre
G
...De cistercien serait plus approprié. ;o)<br /> Je pense à la proximité de l'abbaye de Mazan et à la participation de Felice Varini (cf. aussi la Cité de Carcassonne) au Parcours artistique créé sur la ligne de partage des eaux du plateau ardéchois.<br /> https://www.youtube.com/watch?v=gQzhlxr65WA<br /> &<br /> https://www.ardeche-actu.com/decouverte/tourisme-patrimoine/la-ligne-de-partage-des-eaux-un-parcours-artistique-a-decouvrir/
R
Bonjour Géhèm !<br /> <br /> Un drôle de touche à tout ce Mirabel !<br /> Pour faire passer le déjeuner sur l’herbe,<br /> il serait judicieux de siffler un bon coup de mirabelle !<br /> Il n’en abusait pas trop lui ?<br /> C’est vraiment délirant !<br /> <br /> Et pis c’est tout !<br /> <br /> Bonne journée !<br /> <br /> Rotpier<br /> <br /> https://rotpier27.wordpress.com/
Répondre
G
Fabricant de meubles dans une première vie, il en a le savoir-faire (Bon, je ne propose quand même pas de passer à table)... ;o)<br /> Pour le reste, plutôt austère. Pas exactement le genre à s'arsouiller.
D
je vais sur son site ...où dois-je cliquer pour regarder les sculptures et les installations ? hein ? où ?
Répondre
G
Ce devrait être à la portée d'un grand garçon comme toi, non ? ;o)
J
Il y a longtemps que tu ne nous avais pas entraîné dans un tel dédale, j'ai pioché un peu ici et là, je reviendrai après la soupe... La chute est savoureuse. ^^
Répondre
G
Eh bien, bonne poursuite quand tu en auras le loisir... Je ferai un petit billet un de ces jours sur Lattier.
J
Sacré panorama et des découvertes à la pelle... Le film sur Gérard Lattier quelle merveille... et il me reste des renvois à voir... Demain !<br /> Bonne fin de soirée