9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 00:10

 

DÉMOCRATIE SONORE

 

Notre démocratie s’honore

D’avoir des hommes politiques

Au jugement si délicat

Qu’ils ont appris depuis longtemps

À faire un distinguo subtil

Entre la triste flatulence,

Le vent sournois, le pet espiègle,

La vesse ample et délétère,

La vanne infâme,

La perle honteuse…

Ou la caisse discrète.

 

Le pet, la vesse, la flatulence,

Comme la perlouse ou le vent,

Ont en commun avec la vanne

D’être fréquemment incolores,

Mais d'indisposer l'odorat. 

  

La caisse, elle, peut être noire,

Concède un ministre placide

À un pédéraste courtois ;

Et l’argent peut être inodore,

Un nez d’élite n’en sait pas moins

Lui trouver un parfum aimable.

  

À quoi le pédéraste blêmit.

 

Moralité : l’homo poli tique parfois

Quand on aborde aussi crûment

Le délicat sujet des caisses,

L’homme politique jamais.

 

Géhèm 

 

 

Le bon peuple fait moins de manières :

 

 

Voilà, c'était mon petit quart d'heure poétique ! Bonne chance à tous... 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 19:55

J'vous dis pas tout !

Il y a ceux qui laissent leurs commentaires sur mon blog et une paire d'irréductibles, en possession de mon adresse personnelle, qui continuent à préférer la confidentialité de leurs propos. Faut que je leur répète qu'ils pourraient se parer ici-même d'un pseudo (j'sais pas, moi : Sioux tragique, Corbeau lugubre, Quelle colique anonyme !... ça ne manque pas.) et que leur propre adresse demeurerait tout aussi invisible pour les tiers qu'elle l'est dans ma messagerie ordinaire ?

Bon, je critique pas, hein ! (la formule ne vous rappelle personne ?) chacun est libre d'exprimer ses opinions où il veut, mais j'ai déjà au quotidien, dans ma boîte mail, un gros paquet d'indésirables. Alors, ce n'est pas pour dire... Tu vois, Machine, t'aurais pu venir jusqu'ici dénoncer ma "phallocratie souterraine" (sic !), ce qui est un comble quand je te prouve séance tenante que je suis prêt à débusquer le moindre indice de misogynie déplacée, et ce jusque dans les métaphores :   

 

oisivete-1.jpg

 

Pétasse ! 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:15

Arthur Rimbaud

 

Depuis, l'ai-je jamais été ?

C'était mon âge : une journée sortie d'un agenda de pensionnaire, et un des rares textes, écrits à cette période, que je n'ai pas détruit. Il arrive rarement que je me regarde avec un peu de tendresse. 

 

PURIFICATION DE LA SAINTE VIERGE

Emploi du temps

6 h 30 : Lever. 6 h 50 : Prière. 7 h : Messe et bénédiction. 8 h : Petit déjeuner.

THÉ OU CAFÉ ? 

Au lendemain de leur première nuit, son valet de chambre lui dit :

 

Ne compte pas sur moi pour te décrocher les étoiles

Nous les regarderons ensemble

Et tu me feras la cuisine, si tu veux bien.

 

Ne compte pas sur moi pour t'élever un piédestal

Je veux ton corps auprès du mien

Et tes yeux bleus soudés à mes épaules.

 

Je t’aime, ma reine de Saba,

Dans tes belles robes du soir

Mais c’est nue, servante attentive,

Que tu règnes le mieux sur moi,

Vois mon cierge dressé pour toi.

 

Et je t’apporterai le déjeuner au lit, si tu veux bien.

- Oh, oui ?

- Parfaitement !

 

 

« Debout, là-dedans ! »

Le pion qui tape dans ses mains et la brutalité des lampes du dortoir : encore un rêve érotique gâché. Le petit déj dans une heure et demie... Tout pour plaire !

 

(Chien qui court en dormant)
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 17:45

Blanche-Neige, Hopla ! Tu ne pouvais pas deviner qu'en l'évoquant, dans ton commentaire laissé sur mon dernier billet, tu réveillerais mon aversion pour tout ce qui se rencontre de raseurs ici-bas. 

 

Je suis à peu près parfaitement omnivore ; content de tout, je mange proprement et toujours de bon appétit, je bois avec entrain sans jamais rouler sous la table. Bon convive et bon compagnon, je converse agréablement ; je fais des mots comme d'autres des métastases (deux choses qu'un copain toubib, que je me garderai de consulter, m'assure d'ailleurs ne pas être incompatibles le moins du monde, encore qu'il n'en ait pour l'instant trouvé d'exemple probant que chez Desproges).

Invitez-moi et je n'aurai pas d'autre exigence que de savoir avec qui je serai invité : pire que la peste, ce qui me fait éviter une table est le soupçon même de devoir m'y barber.

 

C'était il y a quelque temps... Combien précisément ? Hoouuuuuuuu ! (Je tiens de ma grand-mère cette propension à imiter le loup quand on lui demandait depuis combien d'années elle ne faisait plus l'amour ?)

Nous devions être six potes rieurs, ce qui m'allait. Et à l'arrivée, patatras ! la greffe inattendue d'un couple de croûtons, parents de notre hôtesse. Bourges encalminés dans leur caste, on ne peut pas plus ! Lui, industriel fin de race, intarissable sur ses faits d'armes et sur ses félicités familiales jusqu'à entrer dans le détail de sa prodigieuse descendance :

Sept fils remarquables et magnifiquement mariés !

J'ai craqué :

Laissez-moi deviner... Ainsi, le beau-père de Blanche Neige c'est vous ?

 

Le rire de sa femme m'a un peu dédommagé de l'ennui dans lequel il m'avait englué jusque-là.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 05:00

devoir-conjugal.jpg

Partager cet article
Repost0
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 15:45

Il serait plus juste que j'écrive : ma mère m'amuse !

 

Coup de fil, ce matin, de Madame Mère. Elle a la voix pleine d'étoiles, son pédicure est passé hier !

Moi, prosaïque : Il t'a soulagée ?

Elle : Oh, il est bôôôô !

 

Je n'aurai qu'un mot :

 

podologue.jpg

Partager cet article
Repost0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 08:45

...Tiens, pas plus tard que celui d'hier.

 

C'est proprement miraculeux !

Je suis un perpétuel sujet d'étonnement pour moi-même !!

Mouarfff !

 

chastete.jpg

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 05:00

celui d'un paquet de cigarettes.

 

des-clopes.jpg

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 05:00

qui a fait le louable effort de me demander la signification du mot analphabète avant que sa fureur inappropriée n'ait fini par m'obliger à lui écraser sans plaisir mon poing sur la gueule :

 

analphabetes.jpg

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 09:15

 expérience

 

Garçon, siouplaît, un ballon de blanc !

Ah, tiens, tant que nous sommes à la cave, profitons-en...

 

Partager cet article
Repost0