9 février 2019 6 09 /02 /février /2019 22:09

De nouvelles oeuvres, une date de naissance précisée, plusieurs pistes à explorer...

Au 15 mars 2017, date de la première intervention de Bernard Neveu, j'avais déjà trouvé sur le Net deux huiles supplémentaires de Jeanne Daour, ce qui portait leur total à six : "Interior of a woman and cat" [indubitablement un autoportrait, dont j'ai présenté une reproduction dans Jeanne Daour (3)], et celle qui suit :

"Plage abandonnée", huile sur bois (0,19 x 0,24) - 1933.

"Plage abandonnée", huile sur bois (0,19 x 0,24) - 1933.

Ce petit format sur bois, extrait du catalogue "Paysages et élevage" (une exposition de prêts pour les retrouvailles d'Agincourt [ville parfaitement imaginaire de l'Iowa !], à l'automne 2015) est accompagné d'une appréciation tout en réserve, pour ne pas dire suspicieuse : Painted in 1933, it is also difficult to accept "Plage abandonnée" as the work of a nineteen-years old. Commentaire que Bernard Neveu juge dans un courriel du 22-04-2017 quelque peu méprisant mais intéressant car significatif de la qualité et de la précocité du talent de Jeanne. Ce qui est aussi mon sentiment... Précocité que confirme le Bénézit en mentionnant sa participation au Salon des Tuileries dès 1930 (à l'âge de 16 ans !).

 

Bernard Neveu voyage beaucoup à travers le monde tout au long de l'année, mes occupations m'ont, de mon côté, longuement éloigné de ces recherches. C'est seulement au début de cette année, après des échanges cordiaux (mais d'ordre personnel) dans le courant 2018, que je me suis attaché à les reprendre en essayant de répondre à une préoccupation de Bernard : quelle serait la meilleure solution pour honorer son engagement de "sauver" la centaine d'oeuvres que Jeanne Daour lui a confiées ?

 

Premiers résultats (provisoires, je l'espère) :

- Un "Paysage urbain", huile sur bois (ou carton ?) [16 x 13 inches], précisé Bucharest, 1937 et signé au dos.

Jeanne Daour (5)

- Une mine de plomb sur papier de 1932 issue d'une collection privée, ayant fait l'objet d'une vente aux enchères récente à Hillsborough (Caroline du Nord) :

Jeanne Daour (5)

- Surtout, une série de 11 dessins (10 modèles d'étude, 1 nature morte) jumeaux de ceux que nous avons le privilège de détenir, Bernard et moi, qui ont rejoint les collections du National Museum de Stockholm après un transfert de l'Institut Tessin.

Jeanne Daour - 2 dessins d'une série de 11 / National Museum Stockholm.

Jeanne Daour - 2 dessins d'une série de 11 / National Museum Stockholm.

N.B. : L'Institut Tessin n'est autre que l'Institut suédois installé à Paris dans l'Hôtel de Marle, dont on ne sera pas surpris qu'il ait montré de l'intérêt pour les oeuvres d'une ancienne élève de l'Académie scandinave [Vieira da Silva en restant certainement la plus universellement connue].

Une découverte doublée de celle du jour et du lieu de naissance de Jeanne :

Le 9 mai 1914, à Bucarest.

 

C'est fort peu de choses. Pas tout à fait rien.

Le monde est petit...

Sur ma suggestion de se tourner, entre autres, vers l'Institut Tessin pour assurer une postérité aux dessins de Jeanne, selon son souhait, Bernard me rapportait dans un courriel du 30 janvier dernier avoir rencontré il y a 25 ou 30 ans dans un petit village mexicain le directeur de l'Institut culturel suédois et son épouse (qui était très belle, me précisait-il en parfait esthète angel) : "Nous avons passé de très bonnes soirées avec eux et avons beaucoup ri. Je leur évoquais mes années parisiennes dans une école du Marais, devenue le musée Picasso, qui était tout près de la rue Payenne." Voilà, concluait-il sur ce point, une occasion toute trouvée d'aller visiter ce bel hôtel particulier... Un développement à suivre, dès son temps venu.

Et depuis cette date ?

Bernard est parti pour le Panama visiter sa capitale et quelques îles du Pacifique, afin d'y remettre à jour des souvenirs et surtout pour fuir les rigueurs de l'hiver canadien. Je me suis proposé de me rapprocher, dans ce laps de temps, de la Fondation Camargo pour nous faciliter - si cela est possible - l'accès aux documents d'archives de Jerome Hill concernant Jeanne Daour [notamment le dossier de crise des années 1969-1972]. 

Jeanne Daour (5)

Mais c'est aussi (au-delà de cette mémoire d'archives interrompue par le décès de Jerome Hill) avec l'espoir de recueillir des informations relatives à la fin de vie de Jeanne, auprès d'éventuels nouveaux visiteurs, que j'ai ajouté ces quatre volets. Aurai-je cette chance ? C'est au nom de Jeanne et de son souvenir que je le souhaite.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Je viens de revoir en l'agrandissant sur le site de Rossini le Coin d'Atelier de 1952...Grâce à la qualité de la photo on repère très bien la date dans le coin supérieur de droite et la signature au dos de la toile de premier plan sur chevalet. Tout, de la palette des couleurs à la composition, en passant par les détails et les touches de peinture traduit une grande maîtrise.<br /> Il n'est pas possible que ne finissent pas par sortir d'autres oeuvres y compris de grand format comme l'indique la présence de la seconde toile de dos.<br /> L'adjudication au prix de 30 € à Drouot, me semble-t-il, est vraiment désolante.
Répondre
G
Je n'étais pas retourné voir ce "Coin d'atelier" depuis ma première publication et j'avais oublié ce détail de signature qui prend valeur de mise en abyme.<br /> Tout à fait d'accord avec l'ensemble de vos remarques, et c'est vrai que le prix de vente obtenu fait mal au coeur.<br /> J'espère du moins que ce petit coin de vie si bien traité picturalement, qui témoigne lui aussi des conditions d'existence de Jeanne Daour, aura fait et continue de faire le bonheur de son acquéreur.
C
ce qui me frappe c'est qu'elle signait apparemment chacune de ses oeuvres, cela facilitera peut-être la découverte de nouveaux tableaux?
Répondre
G
Cela faciliterait du moins l'attribution, je le souhaite.
J
Je te le souhaite aussi. C'est déjà un beau résultat.
Répondre
G
Je peux encore essayer d'activer quelques pistes. Le reste dépendra à nouveau du hasard.
M
Puissent vos espoirs trouver écho à ce très bel hommage...
Répondre
G
Merci Mimi... De la région de Montpellier, je me trompe ?<br /> Si c'est le cas, on s'est tutoyés, j'aimais bien. ;o)
M
Sans vouloir être indiscrète, je voudrais savoir comment tu en es venu à t’intéresser aussi passionnément à cette artiste?
Répondre
G
Sans indiscrétion, c'est que je n'aurais éprouvé qu'ennui à m'intéresser au parcours artistique de François Hollande... Va savoir pourquoi c'est tombé sur lui ! ;o))
F
J'adore son "Paysage urbain". Merci à toi pour cet hommage posthume si plein de tendresse. Bisous
Répondre
G
Où cette histoire a-t-elle commencé à foirer ? Il faut avoir rencontré la flamme artistique de cette pauvre petite bonne femme, ne serait-ce qu'une heure, pour savoir ce qui pouvait la rendre si attachante.<br /> Bisous Fanfan
R
Bonjour Géhèm !<br /> <br /> On va finir par se sentir tout petit devant tout ton travail ! … Surtout moi !<br /> Dans le fond, tu n’écris pas que des conneries !<br /> Ne te fatigue pas trop quand même <br /> car tu finirais par avoir une mine de plomb <br /> et du coup attraper le saturnisme !<br /> <br /> Et pis c’est tout !<br /> <br /> Bonne journée !<br /> <br /> Rotpier<br /> <br /> https://rotpier27.wordpress.com/
Répondre
G
Tu me rappelles à la raison !... Il faut impérativement que je me remette aux conneries qui me valent mes petits succès habituels. Sans tarder. :o)
P
Tu nous dévoiles par pans cette artiste que tu nous as fait découvrir il y a quelque temps. C'est intéressant et passionnant cette recherche. J'espère également que tu trouveras ce que tu cherches et même que tu auras quelques bonnes surprises.
Répondre
G
Les bonnes surprises à attendre sont par avance, pour l'essentiel, paradoxales : découvrir l'évolution de sa paranoïa et retrouver la date de sa mort !
A
On s'attache à l'artiste au fil de tes recherches autant qu'à ses oeuvres.<br /> J'espère que tu obtiendras toutes les infos qui manquent à cette fabuleuse histoire et que Jeanne sera reconnue à la hauteur de son talent...<br /> A suivre.
Répondre
G
Toutes les infos ! C'est définitivement hors de portée... Déjà donner une image d'elle un peu plus complète, à ceux qui bien que l'ayant brièvement rencontrée en ont été à l'évidence touchés, ne sera pas si mal.